Documentation ALD

La cirrhose : une maladie chronique active du foie

Facebook
WhatsApp
Print
Email
Cirrhose

Qu’est-ce que la cirrhose ?

La cirrhose est une maladie chronique du foie caractérisée par une cicatrisation progressive du tissu hépatique normal, remplaçant ainsi les cellules hépatiques saines par du tissu cicatriciel. Ce processus altère la structure et la fonction du foie, ce qui peut entraîner de graves complications.
Les symptômes de la cirrhose peuvent varier en fonction de la sévérité de la maladie et des complications associées. La cirrhose est une maladie grave et progressive qui peut entraîner des complications potentiellement mortelles telles que l’insuffisance hépatique, l’hypertension portale, l’ascite, les varices œsophagiennes, le cancer du foie (carcinome hépatocellulaire) et d’autres problèmes de santé graves.

Combien de personnes en France sont touchées par la cirrhose ?

Selon les données de l’Agence de la biomédecine en France, la cirrhose hépatique est une affection assez répandue. En 2020, environ 3 000 greffes hépatiques ont été réalisées en France et la cirrhose était l’une des principales indications pour une greffe de foie. Cela donne une indication du nombre de personnes touchées par la cirrhose. Cependant, toutes les personnes atteintes de cirrhose n’ont pas besoin d’une greffe de foie.
En termes de prévalence générale de la cirrhose, il n’y a pas de chiffres exacts disponibles pour la France. Toutefois, la cirrhose est considérée comme une cause majeure de morbidité et de mortalité liée aux maladies hépatiques dans le pays. Les données sur l’alcoolisme chronique et les maladies du foie, qui sont des facteurs de risque majeurs de cirrhose, peuvent également donner une indication de la prévalence de cette maladie en France.
Enfin, la cirrhose peut être causée par divers facteurs, notamment la consommation excessive d’alcool, les maladies virales du foie (comme l’hépatite B et C), la stéatose hépatique non alcoolique (NASH) et d’autres affections hépatiques. En raison de cette diversité de causes, la prévalence de la cirrhose peut varier d’une région à l’autre et dans différents groupes de population en France.

Quels sont les symptômes la cirrhose ?

La cirrhose hépatique peut être asymptomatique dans ses stades précoces, mais à mesure qu’elle progresse, elle peut entraîner divers symptômes et complications. Voici les symptômes courants de la cirrhose :

  1. Fatigue et faiblesse générale
    La fatigue est un symptôme fréquent chez les personnes atteintes de cirrhose. Elle peut être sévère et altérer considérablement la qualité de vie.
  2. Perte d’appétit et perte de poids
    Les personnes atteintes de cirrhose peuvent perdre leur appétit et éprouver une diminution du désir de manger, ce qui peut entraîner une perte de poids non intentionnelle.
  3. Nausées et vomissements
    Les troubles digestifs tels que les nausées et les vomissements peuvent être présents chez certaines personnes atteintes de cirrhose.
  4. Gonflement abdominal (ascite)
    L’accumulation de liquide dans la cavité abdominale, appelée ascite, est une complication courante de la cirrhose. Cela peut entraîner un gonflement abdominal et une sensation de plénitude.
  5. Jaunisse
    L’ictère, ou jaunisse, se caractérise par une coloration jaune de la peau et du blanc des yeux. Il est causé par une accumulation de bilirubine dans le sang en raison d’une fonction hépatique altérée.
  6. Saignements gastro-intestinaux
    Les varices œsophagiennes, qui sont des veines dilatées dans l’œsophage, peuvent saigner et provoquer des vomissements de sang (hématémèse) ou des selles noires et goudronneuses (méléna).
  7. Ecchymoses et saignements facilement
    En raison de la diminution de la production de facteurs de coagulation par le foie, les personnes atteintes de cirrhose peuvent avoir tendance à présenter des ecchymoses et des saignements faciles.
  8. Prurit cutané
    Les démangeaisons cutanées peuvent être présentes chez certaines personnes atteintes de cirrhose, bien que la cause exacte ne soit pas toujours claire.
  9. Altérations mentales
    Dans les stades avancés de la cirrhose, des altérations mentales telles que la confusion, la désorientation, la léthargie et même le coma hépatique peuvent survenir en raison de l’accumulation de toxines dans le sang non filtrées par le foie.

Tous les patients atteints de cirrhose n’ont pas nécessairement tous ces symptômes et certains peuvent être plus prononcés que d’autres en fonction de la gravité de la maladie et des complications associées. Si vous présentez certains de ces symptômes, il est important de consulter un médecin pour un diagnostic précis et un traitement approprié.

Quels sont les facteurs de risque ?

Plusieurs facteurs de risque peuvent accroître la probabilité de développer une cirrhose hépatique :

  1. Consommation excessive d’alcool
    L’alcoolisme chronique est l’une des principales causes de cirrhose hépatique dans de nombreux pays. La consommation excessive d’alcool sur une longue période endommage progressivement le foie, conduisant éventuellement à une cirrhose.
  2. Infection par le virus de l’hépatite B ou C
    Les infections virales chroniques par le virus de l’hépatite B (VHB) ou le virus de l’hépatite C (VHC) sont des facteurs de risque majeurs de cirrhose. Ces infections peuvent causer une inflammation persistante du foie, entraînant une fibrose et une cirrhose au fil du temps.
  3. Stéatohépatite non alcoolique (NASH)
    La stéatohépatite non alcoolique est une affection hépatique caractérisée par une accumulation excessive de graisse dans le foie chez les personnes qui ne boivent pas d’alcool de manière excessive. Elle peut progresser vers une inflammation hépatique (NASH) et finalement vers une cirrhose.
  4. Maladie hépatique auto-immune
    Les maladies auto-immunes qui affectent le foie, telles que la cirrhose biliaire primitive (CBP) et la cholangite sclérosante primitive (CSP), peuvent progresser vers une cirrhose si elles ne sont pas traitées.
  5. Hémochromatose 
    L’hémochromatose est une maladie génétique caractérisée par une accumulation excessive de fer dans le corps. L’excès de fer peut endommager le foie et conduire à une cirrhose.
  6. Hépatite alcoolique
    L’hépatite alcoolique est une inflammation du foie causée par une consommation excessive d’alcool sur une courte période. Chez certains patients, cela peut évoluer vers une cirrhose.
  7. Obésité et diabète
    L’obésité et le diabète de type 2 sont des facteurs de risque de stéatose hépatique non alcoolique (NASH), qui peut progresser vers une cirrhose chez certains individus.
  8. Autres facteurs
    D’autres facteurs de risque de cirrhose comprennent les maladies génétiques affectant le foie, la consommation de toxines hépatiques, les infections parasitaires chroniques (comme la schistosomiase), les réactions médicamenteuses toxiques et les obstructions biliaires chroniques.

La cirrhose peut se développer chez des personnes sans antécédents de maladie hépatique, en particulier si elles sont exposées à des facteurs de risque modifiables tels que l’alcoolisme chronique, l’obésité, l’infection virale ou le diabète. Une prise en charge précoce de ces facteurs de risque peut aider à réduire le risque de développer une cirrhose hépatique.

Quelles sont les complications possibles de la cirrhose ?

La cirrhose hépatique peut entraîner de nombreuses complications potentiellement graves qui affectent différents organes et systèmes du corps. Voici quelques-unes des complications les plus courantes associées à la cirrhose :

  1. Hypertension portale
    La cirrhose peut entraîner une augmentation de la pression dans la veine porte, la principale veine qui transporte le sang du tube digestif vers le foie. Cela peut entraîner des complications telles que des varices œsophagiennes, des varices gastriques, une splénomégalie (agrandissement de la rate) et une ascite (accumulation de liquide dans la cavité abdominale).
  2. Ascite
    L’ascite est une accumulation de liquide dans la cavité abdominale. Cela peut entraîner un gonflement abdominal, une sensation de plénitude et un inconfort, ainsi qu’une augmentation du risque d’infections abdominales.
  3. Varices œsophagiennes et gastro-intestinales
    Les varices œsophagiennes sont des veines dilatées dans l’œsophage qui peuvent saigner, entraînant des vomissements de sang (hématémèse) ou des selles noires et goudronneuses (méléna). Les varices gastro-intestinales peuvent également saigner et provoquer des complications graves.
  4. Hémorragie gastro-intestinale
    Les varices œsophagiennes et les ulcères gastro-duodénaux associés à la cirrhose peuvent saigner, entraînant une hémorragie gastro-intestinale potentiellement mortelle.
  5. Insuffisance hépatique
    La cirrhose peut entraîner une insuffisance hépatique, une condition dans laquelle le foie ne peut plus remplir ses fonctions normales. Cela peut entraîner une altération de la coagulation sanguine, une encéphalopathie hépatique (altérations mentales), une jaunisse sévère et d’autres complications graves.
  6. Cancer du foie (carcinome hépatocellulaire)
    Les personnes atteintes de cirrhose ont un risque accru de développer un cancer du foie, en particulier celles atteintes d’hépatite virale chronique ou de stéatose hépatique non alcoolique (NASH).
  7. Encéphalopathie hépatique
    L’accumulation de toxines dans le sang en raison d’une fonction hépatique altérée peut entraîner des altérations mentales et neurologiques, telles que la confusion, la léthargie, les changements de personnalité et, dans les cas graves, le coma.
  8. Insuffisance rénale
    La cirrhose peut entraîner une diminution de la fonction rénale, en particulier en cas d’ascite, d’hypertension portale ou d’utilisation de diurétiques.

Ces complications peuvent avoir des conséquences graves et nécessitent une prise en charge médicale appropriée. Un suivi régulier avec un spécialiste des maladies du foie est essentiel pour surveiller l’évolution de la cirrhose et prévenir ou traiter ses complications.

Quels en sont les traitements ?

Le traitement de la cirrhose hépatique vise généralement à ralentir la progression de la maladie, à prévenir ou à gérer les complications, et à améliorer la qualité de vie du patient. Voici quelques-unes des approches de traitement courantes pour la cirrhose :

Traitement de la cause sous-jacente
Si la cirrhose est due à une cause spécifique, telle que l’alcoolisme, l’hépatite virale, la stéatose hépatique non alcoolique (NASH), ou une autre maladie hépatique, le traitement de la cause sous-jacente est essentiel. Cela peut inclure l’abstinence d’alcool, des médicaments antiviraux pour l’hépatite virale, des changements de mode de vie pour la NASH, ou d’autres traitements spécifiques selon la cause.

Gestion des complications

  • Ascite : Les diurétiques peuvent être prescrits pour réduire l’accumulation de liquide dans l’abdomen. Dans les cas graves, une paracentèse (drainage du liquide) ou une transplantation hépatique peut être nécessaire.
  • Varices œsophagiennes : Les médicaments bêta-bloquants peuvent être utilisés pour réduire la pression dans les varices et prévenir les saignements. Des interventions endoscopiques, telles que la ligature élastique ou l’injection sclérosante, peuvent également être réalisées pour traiter les varices existantes et réduire le risque de saignement.
  • Insuffisance hépatique : Un suivi médical régulier est nécessaire pour surveiller la fonction hépatique et traiter les complications éventuelles. Dans les cas graves, une transplantation hépatique peut être recommandée.
  • Encéphalopathie hépatique : Les médicaments tels que les lactuloses ou les antibiotiques peuvent être utilisés pour réduire les niveaux de toxines dans le sang et soulager les symptômes d’encéphalopathie.
  • Cancer du foie (carcinome hépatocellulaire) : Les options de traitement peuvent inclure la résection chirurgicale, la transplantation hépatique, la radiofréquence, la chimioembolisation, la radiothérapie ou la thérapie ciblée, selon la taille et le stade du cancer.

Gestion des symptômes et des complications associées :

  • Contrôle de l’hypertension portale : Les médicaments bêta-bloquants peuvent être utilisés pour réduire la pression dans la veine porte.
  • Supplémentation nutritionnelle : Une alimentation équilibrée et des suppléments peuvent être recommandés pour prévenir la malnutrition et soutenir la fonction hépatique.
  • Arrêt de l’alcool et des substances toxiques : L’abstinence d’alcool et l’évitement d’autres substances toxiques sont essentiels pour ralentir la progression de la cirrhose et prévenir les complications.

Transplantation hépatique : Pour les patients atteints de cirrhose avancée avec une insuffisance hépatique sévère ou d’autres complications graves, une transplantation hépatique peut être envisagée comme traitement de dernier recours.

La prise en charge de la cirrhose doit être individualisée en fonction des besoins spécifiques de chaque patient et de la gravité de la maladie. Un suivi médical régulier avec un hépatologue ou un spécialiste des maladies du foie est essentiel pour surveiller l’évolution de la maladie et ajuster le traitement en conséquence.

Qu’est-ce que l’AMBPI ?

L’AMBPI, l’Association de Mutualisation des Bénéficiaires de Pensions d’Invalidité, vous oriente dans vos démarches à suivre pour être reconnu invalide. Elle vous propose aussi, avec son partenaire COMPLEVIE, une mutuelle spéciale invalidité vraiment adaptée aux invalides.

L’AMBPI, Association de Mutualisation des Bénéficiaires de Pensions d’Invalidité est née en 1994 d’un constat simple : les personnes en situation d’invalidité ne disposaient pas d’un système de complémentaire santé adapté à leur situation.
Pour être correctement remboursés des frais de santé mal pris en charge par la Sécurité Sociale (frais d’optique, dentaires, audioprothèses, voire, appareillages, béquilles…) – même en tant qu’invalides – il leur fallait adhérer à une complémentaire santé classique. Et payer alors le prix fort alors que toute une partie de leurs soins étaient bien pris en charge à 100 % par la Sécurité Sociale.

Fondée par un invalide souffrant lui-même d’une Affection Longue Durée et en partenariat avec la CRAM, l’association s’est alors donné pour mission d’élaborer le cahier des charges précis des besoins de remboursement santé des personnes en invalidité :

  • Globalement, aucun besoin pour les soins relevant de la maladie ou du handicap invalidant, du fait de sa prise en charge à 100 % par la Sécurité Sociale.
  • Mais des besoins réels concernant les postes mal pris en charge par la Sécurité Sociale : frais d’optique, dentaires, audioprothèses, voire, appareillages, béquilles…

Forte de plusieurs milliers d’adhérents, l’association a pu porter son cahier des charges à différentes mutuelles de santé pour obtenir des conditions de remboursement adaptées, au juste prix. 

Qu’est-ce que COMPLEVIE ?

COMPLEVIE est l’une des mutuelle santé que L’AMBPI a retenue pour la qualité de ses prestations spécialement adaptées aux personnes en situation d’invalidité, au juste prix. C’est une mutuelle santé de la région Ouest, particulièrement présente en Bretagne et en Normandie. Cependant, des milliers d’adhérents issus de toute la France et bénéficiaires de pensions d’invalidité ont adhéré à la mutuelle.

Retrouvez ici les garanties proposées par la mutuelle COMPLEVIE pour les particuliers invalides.

Consultez également nos conseils pour être reconnu invalide.

Retrouvez également nos derniers articles sur les Affections Longue Durée :

Fiches conseils ALD

Paraplégie

La paraplégie

Qu’est-ce que la paraplégie ? La paraplégie est une affection médicale caractérisée par une paralysie partielle ou complète des membres inférieurs, y compris les deux jambes

Lire l'article
Mucoviscidose

La mucoviscidose

Qu’est-ce que la mucoviscidose ? La mucoviscidose, également connue sous le nom de fibrose kystique, est une maladie génétique héréditaire qui affecte principalement les voies respiratoires,

Lire l'article
parkinson

La maladie de Parkinson

Qu’est-ce que la maladie de Parkinson ? La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative chronique qui affecte le système nerveux central, en particulier les structures

Lire l'article